Eaufrance, le portail de l'eauADES | Portail national d'accès aux données sur les eaux souterraines

Portail national d’accès aux données sur les eaux souterraines

Vous êtes ici :

Glossaire   A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Bassin hydrographique ou hydrologique

Synonyme de bassin versant. Terme utilisé parfois pour désigner un « bassin ou groupement de bassins ».

La France est divisée en six zones géographiques nommées "bassins versants", ou "bassins hydrographiques". Ces six bassins sont : les bassins Rhône-Méditerranée-Corse, Rhin-Meuse, Loire-Bretagne, Seine-Normandie, Adour-Garonne et Artois-Picardie. Ils correspondent respectivement aux cinq grands fleuves français (Rhône, Rhin, Loire, Seine et Garonne), auxquels s’ajoute la Somme.

Un bassin est un ensemble de terres irriguées par un même réseau hydrographique : un fleuve, avec tous ses affluents et tous les cours d’eau qui les alimentent. Ces terres collectent les précipitations et contribuent au débit du fleuve. L’eau y acquiert sa composition chimique et reflète les processus naturels et les activités humaines qui s’y produisent. À l’intérieur d’un même bassin, toutes les eaux reçues suivent, du fait du relief, une pente naturelle commune vers la même mer.

Un bassin hydrographique constitue un système écologique cohérent formé de différents éléments : l’eau, la terre et les ressources minérales, végétales et animales. Il était donc logique que la politique de gestion de l’eau en France soit organisée autour de ce cadre naturel : depuis 1964, le bassin hydrographique constitue la pierre angulaire de la politique de l’eau française. À chaque bassin correspondent deux instances, le Comité de bassin et l’Agence de l’eau (cf. Comités de bassin et Agences de l’eau), chargées de gérer et de protéger les ressources en eau à l’échelle de ce bassin.

Bassin versant (voir bassin hydrographique)

Surface d’alimentation d’un cours d’eau ou d’un lac. Le bassin versant se définit comme l’aire de collecte des eaux, considérée en amont d’un exutoire : elle est limitée par le contour à l’intérieur duquel toutes les eaux s’écoulent en surface et en souterrain vers cet exutoire. Ses limites sont des lignes de partage des eaux.

Bon état

Le bon état était l’objectif à atteindre pour l’ensemble des eaux en 2015, avec possibilité de reports jusqu’en 2027, conformément à la directive cadre sur l’eau.

Le bon état d’une eau de surface est atteint lorsque son état écologique et son état chimique sont au moins "bons".

Le bon état d’une eau souterraine est atteint lorsque son état quantitatif et son état chimique sont au moins "bons".

Bon état chimique

L’état chimique est l’appréciation de la qualité d’une eau sur la base des concentrations en polluants incluant notamment les substances prioritaires. L’état chimique comporte deux classes : bon et mauvais.
Le bon état chimique d’une eau de surface est atteint lorsque les concentrations en polluants ne dépassent pas les normes de qualité environnementale.

La norme de qualité environnementale est la concentration d’un polluant dans le milieu naturel qui ne doit pas être dépassée, afin de protéger la santé humaine et l’environnement.

Le bon état chimique d’une eau souterraine est atteint lorsque les concentrations en polluants ne dépassent pas les normes de qualité et n’empêchent pas d’atteindre les objectifs pour les eaux de surface associées.
bon etat bon etat

Bon état quantitatif

L’état quantitatif est l’appréciation de l’équilibre entre, d’une part, les prélèvements et les besoins liés à l’alimentation des eaux de surface, et d’autre part, la recharge naturelle d’une masse d’eau souterraine.

L’état quantitatif comporte deux classes : bon et médiocre.

Le bon état quantitatif d’une eau souterraine est atteint lorsque les prélèvements ne dépassent pas la capacité de renouvellement de la ressource disponible, compte tenu de la nécessaire alimentation des écosystèmes aquatiques de surface, des sites et zones humides directement dépendants.

BSS

(Voir Code BSS)

Bassin DCE (voir district DCE)

Unité administrative d’aménagement et de gestion des eaux. La France est divisée en 14 bassins ou groupements de bassins, chacun étant doté d’un comité de bassin, d’un programme de surveillance, d’un schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux, et d’un programme de mesures en application de la directive cadre sur l’eau.